Association des passionnés de parcs de loisirs
Parcs et Attractions n°19

Juillet - Septembre 2007
24 pages
4.00 € ou 2.00 € pour les adhérents
8 en stock

Edito

Un été pourri ? Sûrement ! En plus de la météo désastreuse en juillet-août, il s'est ajouté une multitude d'accidents sur certains manèges. Le plus grave et le plus médiatique de tous fut sans conteste celui du Booster à la Fête des Loges. Au delà de l'aspect humain, ces accidents ont encore une fois mis au devant de l'actualité « les manèges à sensations » dans ce qu'ils représentent de pire aux yeux du grand public : leur dangerosité. C'est avec une surenchère de chiffres plus ou moins réalistes que les médias ont commenté et argumenté ces accidents. Pourtant, la France n'est pas le pays des machines hautes de plus de 70 m ou propulsées à plus de 135 km/h. Bien au contraire, nous sommes pauvres, voire orphelins de beaux roller coasters dignes de ce nom. Certains parcs européens l'ont bien compris, si on veut de la vitesse et de vraies sensations, on investi dans de la qualité et du solide, en achetant à des constructeurs qui sont réputés en dehors de nos frontières, mais inconnus chez nous.

Pour ce qui est des contrôles, je ne reviendrai pas sur la convention signée entre les organismes représentatifs des forains, l'association des maires de France et les organismes de contrôle. Car c'est juste une remise à niveau d'un texte vieux de vingt ans. Par contre il serait souhaitable que la France puisse transposer la norme européenne de 2004, même si beaucoup d'attractions et de parcs s'y réfèrent déjà.

Enfin, les accidents sont parfois dûs à une erreur humaine et là, c'est de formation que l'on parle. Il est évident que pour les parcs saisonniers, le challenge est de former des personnes pour seulement 6-7 mois. Il faudrait aussi avoir une réglementation ou pourquoi pas un certificat d'opérateur d'attractions. Comme il est légitime que le conducteur de train à la SNCF passe un examen, le conducteur du petit train du parc doit en faire autant. Ce certificat devrait être axé sur la sécurité et apporterait ainsi une vraie qualification à l'opérateur. Car il est évident que la sécurité doit être l'enjeu majeur pour un parc et qu'il ne suffit pas d'attendre que la commission de sécurité passe pour penser que tout est conforme.