Association des passionnés de parcs de loisirs
Parcs et Attractions n°33

Janvier - Mars 2011
24 pages
5.00 € ou 3.00 € pour les adhérents
Stock épuisé

Sommaire

  • Brèves de parcs : actualités des parcs de loisirs
  • Travaux de parcs : projets et constructions
  • Papéa : un potentiel à exploiter
  • Entretien avec Christophe de Moffarts, directeur de Bagatelle (2ème partie)
  • Développement durable et parcs d'attractions (2ème partie)
  • Mes nouveautés 2010, par Julien Simon

Edito

Malgré la neige et le froid, il semblerait que les parcs européens soient prêts à ouvrir leurs portes avec leurs nouveautés promises. Il faut dire que nous commencions à nous habituer à les découvrir après des jours, des semaines voire des mois de l'ouverture. Que ce soient Le Pal avec Le Twist, Fraipertuis et son Timber Drop, Heide-Park avec Krake ou bien Gardaland et le tant attendu Raptor, ils seront tous là, harnais ouverts, prêts à accueillir les premiers visiteurs dès les beaux jours arrivés. C'est le cas aussi, et on peut le souligner, d'un nouveau parc en Italie, Rainbow Magicland qui ouvrira le 24 avril et espère attirer 3 millions de visiteurs la première année. Ce n'est donc pas un « petit » parc mais bien un site espérant rivaliser avec Gardaland, numéro 1 en Italie tout de même ! Si le pari est réussi, cela prouvera que la construction d'un grand parc est encore possible dans notre vieille Europe, ce qui réconfortera sûrement les promoteurs du projet de Paramount qui désirent s'installer en Espagne.

Mais ce qui attire actuellement les grands du secteur comme Disney ou Universal, se sont les pays asiatiques. Après l'ouverture d'Universal Singapore en 2010, aujourd'hui, c'est la ruée pour s'implanter en Chine, en Malaisie ou en Indonésie. Contrairement au coup de folie qui s'était abattu sur Dubaï avec une myriade de parcs prêts à s'installer dans ce nouvel eldorado du tourisme, cette fois ci, les parcs sont bien réels. Au-delà des sommes importantes exigées pour la construction, il faut avouer que la zone de chalandise possède un fort potentiel de nouveaux clients. L'Asie représente 60% de la population mondiale alors que l'Amérique du nord seulement 5%. Même si ces pays n'arriveront pas encore au niveau de vie des américains, il est fort à parier que le développement futur des parcs se fera là-bas.

Et pour nous, cela changera-t-il quelque chose ? Immanquablement, sauf que nul ne sait comment. Ce sera peut-être l'émergence de nouveaux constructeurs d'attractions ou de nouveaux groupes de loisirs, mais dans tous les cas il faudra en tenir compte et s'y préparer.

Mot de passe oublié ?