Association des passionnés de parcs de loisirs
Parcs et Attractions n°52

octobre - décembre 2015
24 pages
7.00 € ou 5.00 € pour les adhérents
8 en stock

Sommaire

  • Brèves de Parcs Passion
  • Édito et sommaire
  • Brèves de parcs
  • Travaux de parcs
  • CECI N’EST PAS UNE ATTRACTION - Votre toute nouvelle chronique pop culture !
  • BARON 1898 - Une plongée dans la théma
  • FANDAY EFTELING 2015 - Il était un Fanday...
  • PROJET SKYWORLD - L'envolée sauvage du Futuroscope

Edito

2016 aura été une année charnière. Dans tous les domaines. Américains et Français ont préparé des élections importantes, sans parler du Brexit, le Futuroscope et Europa Park ont annoncé l'ouverture de nouveautés extrèmement chères et uniques en Europe, Disneyland Paris a plani é ses vingt‐cinq ans, Kolmården est devenu un vrai parc d'attractions, Universal a con rmé que l'avenir était à l'ouverture de lands thématiques entiers (voir brèves de ce numéro), Parcs Passion a changé de Président(e), ... Les nouveautés 2016 étaient belles, mais pas très surprenantes. L'ouverture de Taron à Phantasialand parait presque annecdotique : le parc allemand continue juste sur sa lancée. Taron est "juste" un nouveau coaster hyper bien thématisé, dans le parc qui nous a déjà offert les Winja's et Black Mamba. N'allons pas jouer les blasés pour autant : Taron est une merveille. Mais on n'en attendait pas moins de Phanta. Dans le même genre, nous pourrions citer Discobélix, "juste" un énième Disk'O Coaster, mais superbement thématisé. Ou le Donjon de l'Extrême : "juste" la suite logique après Alpina Blitz, mais quelle hauteur, et quelle vue. 2016 a con rmé que les parcs français étaient dans une bonne dynamique, prêts à investir, prêts à cibler un nouveau public, celui des familles avec adolescents et des adultes qui n'ont plus peur du vide et de la hauteur. En 2016 le monde parconautique a af rmé sa force tranquille, en 2017 il tape du poing sur la table : le changement, c'est dans les cinq ans. Disney n'a plus l'appanage des Flying Theaters. L'Amérique n'a plus l'exclusivité des wooden coasters à inversions, Harry Potter n'est plus la seule licence à avoir son land tellement grand qu'on peut le confondre avec un parc. C'est la révolution ! Un parc régional peut avoir sa tour de chute libre géante. Un parc français peut avoir son Soarin. Et soyons certains que tout n'a pas encore été révélé : il y a bien mieux à faire avec un dark ride interactif que de tirer sur des monstres ! Il y a bien mieux à faire avec la réalité virtuelle que de perdre cinq minutes à chausser un Samsung Gear VR en embarquant sur un grand huit ! Et tout le monde y aura droit, même les petits parcs ! À l'heure où le smartphone de monsieur Tout‐le‐monde devient résistant à l'eau, la technologie devient plus accessible partout où elle sait se rendre utile. Y compris, donc, dans les parcs. J'aurais aimé nir sur une note joyeuse, mais à l'heure où je boucle ce numéro, nous apprenons le déçès de Nicky, qui vivait sa passion à travers son emploi au Parc Astérix et nous avait rejoint l'année dernière pour le WEAT à Rome. Sa disparition a choqué les participants de ce WEAT 2015.